Les noms de naissances chez les peuples guins – Attributions faites suivant les naissances au sein des différents clans.

Les guins se sont constitués en tribu. Ils tirent leur nom de la ville “Guingbo” ou Accra, dont ils sont originaires.

Ils se décomposent en différents clans qui eux-mêmes se divisent en plusieurs sous-clans :

Les Tugban constituent le clan de la famille royale de Glidji. Tous les rois de Glidji sont censés être issus de ce clan. Il se subdivise en 4 sous-clan : Les Adangbe, les Gbugblan, les Ela et les Nugo.

Les Akangban sont ceux qui ont exercé les fonctions d’interprète et d’intendants du roi de Glidji. La famille Lawson d’Aneho est issue de ce clan.

Le clan des Ané ou des Adjigo est le clan des anciens chefs de plage d’Aného et des percep­teurs des droits de douane pour le compte des rois de Glidji. Il s’agit d’un clan possédant un nombre de sous-clans aux us et coutumes complexes. On sait par exemple que chez les Adjigo, un certain nombre de membres fétichistes du clan ne doivent pas être circoncis alors que d’autres y sont amplement autorisés.

Les Noms Tugban : Les hommes s’appellent Foli, Kangni, Ekoué, Assiongbon, Tèko, Adama, Ayité, Amavi, Ayayi, Tètè et Tèvi. Chez les femmes, on trouve les noms comme Dédé, Akokoè, Ayélé, Ayoko, Kayi, Adaku, Chocho, Povi, Amélé et Anoko.

Dans les sous-clans alliés habitant les quartiers Djossi et Dégbénou, on retrouve les noms comme Nikué, Amoni, Amassan, Kuété, Koté, Afoutou, Kpakpo, Adote, Adovi, et Aduayi chez les hommes. Et chez les femmes : Debi, Adevi, Adukè, Adukoe, Adolé et Adoko.

Le sous-clan des Adangbe : Les hommes se nomment Tété, Tètè, Etè, Daté, Davi, etc… et les femmes se nomment : Dédé, koko, Dachi, Dalé, Dako etc.

Le sous clan Gbugblan ou Gnigblinvi (Gnigblin = dieu de l’étoile filante) : Les hommes sont Abbey, Amatey, Abekué, Matevi. Les femmes sont Mablé, Mèlé, Moko, Djagblé et Achoko.

Le sous-clan Ela est un sous-clan important habitant le quartier Ela à Aneho près du marché de Lagbonou (Place publique de Ela) : Leurs hommes se nomment Adjété, Lassey, Doé, Doté, Sewoa, Akovi... et leurs femmes se nomment Adjélé, Adjoko, Tèlé, Teko, Agnélé, Agnoko, Akoélé, Doélé, Doko. Leur principale fétiche est le Lakpan. C’est à ce sous-clan que revient la charge d’organiser, trois jours après la fête d’Epe-Ekpe, les réjouissances publiques en l’honneur de ce fétiche. La cérémonie s’appelle Ekpan-tchotcho. Tous les membres de ce sous-clan, indistinctement, hommes femmes et enfants sont obligés de porter pendant trois jours consécutifs, (mardi, mercredi et jeudi), les accoutrements les plus étranges et les plus bizarres, revêtir des vieux sacs, se couvrir la tête avec des chapeaux usagés et des feuilles après s’être teints la figure de différentes couleurs. Ils s’arment aussi de bâtons sculptés représentants les organes sexuels de l’homme et de la  femme et parcourent les places publiques en chantant les chansons les plus indécentes qui soient, et finissent en mimant l’acte sexuel devant des spectateurs.

Un autre sous-clan dont le nom n’est pas clairement défini, est responsable des fétiches principaux guins comme le Sakuma et le Kolé. Ils portent les noms Ama, Ayité, Ayayi, Kéku, Combé, Combiété. Ces gens ne doivent jamais porter des bijoux en or. On désigne parmi ce sous-clan, les prêtres Lumo, responsable du Sakuma et du Kolè. pour ce dieu Les Lumo ont pour consigne de tenir le calendrier de Ekpe-Ekpe, de fixer la date et de faire connaître le jour de la célébration, par I’intermediaire du chef de village, plusieurs semaines à l’avance. Ce sous-clan, de concert avec celui des Gbugblan, des Ela et des Nugo, accomplit chaque année les cérémonies rituelles de Sakuma et de Kolè au moment de la prise de la “Pierre mystérieuse”, le jeudi de Motagbe à Glidji-Kpodji.

Les Nugo habitent le quartier à l’ouest de Glidji-Kpodji. Les hommes s’appellent Apoté, Matityé et les femmes s’appellent Apolé, Apoko, Krobu, Abobo.

Exemples de Nomenclature Tougban

Le clan Akangban est le clan de la famille Lawson. L’origine du clan Akangban est difficile à tracer. Leur fétiche principal est Agbami, dieu de l’attaque et de l’activité, symbolisé par l’abeille. Le temple Agbami se trouve à Agokpame, lieu où s’est établi leur ancêtre commun, le chasseur Asiadu. Les hommes de ce clan s’appellent Laté, Boevi, Fesu, Têvi; et les femmes s’appellent Latré, Nadou, Anoko, etc.

Le clan des Adjigo dont les membres sont des anciens chefs de plage et percepteurs de douane du roi de Glidji, ne doivent pas manger le bouc ou encore de gros poissons comme le capitaine, appelé Agbanvi en langue indigène. Les noms particuliers des hommes de ce clan sont : Ahlonkor, Ahlin, Sanvi, Kwam, etc. et leurs femmes s’appellent Ahéba, Afoua, Ahlonkonba, Ahliba, Ahusuba et Kwamba.

Les Peda n’ont pas de noms particuliers. Les noms leurs seraient attribués à la naissance en fonction des circonstances qui président dans la famille sur le moment. Les hommes sont : Vilevo, Viwoasi, Viwuanu, Silété, Kémidé, Gbémihé, Gbéwoanu pour les hommes ; Sekpomé, Kegbédé, Hessi, Kéwoalo, etc. pour les femmes.

Les keta ou les Anlo, sont issus des anciens Anlo qui ont accompagné les guins durant leur exode jusqu’à Glidji et vivent dans le quartier Agbetigome puis dans les villages environnants. Ils se nomment : Efoé, Davi, Sasu, Echri, Lossu et Lossa chez les hommes. Et chez les femmes : Adjatugbe, Agbale, Kokoe, d’après leur fétiche (tron) et d’après leur jour de naissance.

Enfin, quelques noms de jumeaux dans les clans de Glidji.

Nom de JumeauxArticle écrit à partir de l’extrait (Pages 133 – 138) du livre : Histoire de Petit Popo et du Royaume Guin – du Roi AGBANON II de Glidji – Editions Haho, Les chroniques Anciennes du Togo, N°2.

Advertisements

19 thoughts on “Les noms de naissances chez les peuples guins – Attributions faites suivant les naissances au sein des différents clans.

  1. Pingback: Bon Baisers de Glidji (From Glidji, with love) - Le Yèkè-yèkè Blog - Le blog du salaud lumineux

  2. Bonsoir,

    Je me permets de vous apporter ces modestes contributions

    qui parlent des prénoms de notre peuple ainsi que celle de nos divinités

    Merci pour l’interêt porté à la culture Guin

  3. Excellent article, j’ai bien aimé. ça permet d’y voir un peu plus clair des les méandres, inextricables pour le néophyte, des lignages et de l’histoire du Peuple Guin. Comme on dit “Guin doua, ago lé’énou” MDR

    • Le truc formidaaaaaable avec les blogs, c’est qu’on peut toujours modifier les articles, dis moi de quel clan tu es et comment il se compose, et nous complèterons ensemble le petit chef d’oeuvre du Roi AGBANON II de Glidji !

  4. Pingback: Grain de Sel Togo, Inc. » Les noms de naissances chez les peuples guinsGrain de Sel Togo, Inc.

  5. Salut, je veux avoir une liste des noms possibles que pourraient avoir mes enfants d’autant que je me prenomme têtê. (Mon papa se prénomme Ayité, j’ai des frères Ekue et Adossée, des soeurs Ayélé et Ayoko) .Merci

    • Bonjour, merci pour le commentaire. En effet, j’ai moi-même peu de connaissances sur le sujet. Je ne suis malheureusement pas Guin, et c’est le livre “Histoire des peuples guins et du royaume de petit popo” qui a définitivement suscité en moi une passion pour ce peuple. Néanmoins, je peux à la lecture des noms que vous évoquez, dire que vous devez être du clan des Tugban, qui sont tous des membres de la famille royale. Je ne suis pas sûr mais en regardant dans l’article vous trouverez donc les noms dans l’ordre de naissance chez les Tugban. Chez les garçons, ça commence par Foli, ensuite Kangni, vient Ekoué, etc. et chez les filles, c’est Dédé, puis Akokoè, puis Ayélé, puis Ayoko, etc.

      Je compte beaucoup d’amis guins et je leur poserai la question au passage.

      Encore merci pour tout, et bonne journée

  6. Merci pour cet aperçu. Je suis Boevi Nestor de la famille Lawson lignée Djito,auteur du Livre ,,la famille Lawson,des origines à nos jours. 1ére édition épuisée,2eme en cours. Y a les détails de nos prénoms,intangibles, à l,intention de notre diaspora.bcp sont obligés de téléphoner au pays pour savoir quel prénom ,,clanique,, attribuer à leur enfant,pr déclaration à l.état civil !

    • admirable, si votre livre parait, je serai ravi d’en faire l’acquisition et de le lire. Je suis un passionné de l’histoire guin. Merci pour l’insigne honneur que vous me faites

  7. Je suis tres desole de la distortion de l’histoire du peuple Guin , Pardonnez moi si vous ne savez ou ne connaissez demander aux vieux qui connaissent pourqu’ils vous relatent la vraie histoire du peuple Guin.
    Je suis tres decu de l’ecrivain qui a dit que les clans qui nomment Arma , Ayi , Kekou etc sont des sous clans . Tres desole de vos assertions . Je vous dis que j ‘ai vu et connu le Roi AGBANO et Le Regent TOVO, ensuite le Roi TONYO Foli Bebe qui eux tous respectent Les fils de Mama KORLE.
    Sans Mama KORLE , je ne pense pas que le peuple pourrait se guasser de ce clan.
    Disons nous les verites c’est parce que l’histoire est renversee que vous dites de ces choses non fondees.

    J’aurai souhaite que je connaisse l ecrivain pour le faire un lavage d’esprit.
    Pardon , une fois encore ne vous permettez d’afficher des faussete pourque les gens consomment . Tres abherant vos distortions

    Les Armah , les AYi, Les KEKU dont vous parlez sont des Leaders rituels depuis les Israel jusqu’ici. Savez vous pourquoi ils ne portent les chaines en Or ? C’est parce que dans leurs parcours de la servitudes dans les mains de pharaoh apres des milliers de kilometres , ils n’avaient plus de l’eau a boire , Le Chef Religieux a recu un message de prendre le SIKa ou Anyanyran et mettre dans l’eau amere et automatiquement leau est devenue buvable . Meme en Isreal aujourd’hui l eau la est la.

    S’il vous plait vous faites de l’injustice a la progeniture en relatant des faussete.
    Cessez, cessez

    Joseph AYITE

    • Cher frère, au risque de me répéter, cet article a été écrit à partir du livre : Histoire de Petit Popo et du Royaume Guin – du Roi AGBANON II de Glidji – Editions Haho, Les chroniques Anciennes du Togo, N°2. La première version date de 1955. Si vous avez connu ce roi là, j’imagine un peu votre âge. En ce sens, les informations que vous donnez dans votre commentaire ne contredisent pas les miennes, mais celles du roi AGBANON II de Glidji. Je tiens à vous préciser également que je ne suis pas Guin, et que c’est par ce livre seul que je suis tombé fou amoureux de la localité et de son histoire. Si je dois me marier un jour, j’aimerais épouser une femme du milieu. Mais en attendant, je ne réfute pas vos arguments. Tout cela est de l’histoire. Si un jour, les universitaires rompus à cette science humaine (l’histoire) ont les moyens, ils iront probablement vérifier tout ceci. Je ne rejette donc nullement votre commentaire. C’est pour ça qu’il a été approuvé, afin qu’il s’affiche sous l’article. C’est un exemple de démocratie à la base. En attendant que des recherches plus poussées nous précisent en quel sens nous devons aller quand nous racontons notre histoire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s