BLOGCAMP 228 / Get to « To-Go » or Die Trying (Aller au « TO-GO » ou Mourir en Essayant)

Le titre de cet article fait très 50 Cent (Get rich or die trying)… Pas que j’ai peur de mourir en essayant de devenir riche, … non, disons que j’ai eu peur de mourir sur l’eau… L’eau du lac… celle qui me séparait de quelques coups de pagaies, du Togo !

Oui ! car nous sommes allés blogger-camper au Togo. La prêtresse nous le confirmera suffisamment en fin d’après midi… nous : Lovejoyce Amavi, Judith Gnamey, Rolande Azianka (j’espère que l’ortho est bonne), Marc Aboflan et moi (ce salaud lumineux là).

Togoville (qui a accueillit le Blogcamp228) s’appellait tout simplement TOGO ! il a fallu rajouter ville en suffixe ! Des sous-fifres colons allemands avaient débarqués sur les côtes togolaises dans les années 1880 (hein Marthe Faré !!! Les ANGLAIS N’ONT JAMAIS DEBARQUE A TOGOVILLE !!!). Ensuite Lovejoyce les soupçonne (les allemands) d’avoir bêtement traversé la plage d’Agbodrafo (inhabitée jusque-là), ses terres, puis d’avoir continué tout droit pour arriver à un lac. Comme ils voyaient toujours aucun bipède sans poils ni cornes, bah, ils se sont dits, “restons bêtes et continuons, traversons le lac !!! (comme moi, hier)”. Ils sont arrivés à l’autre rive, ont rencontré enfin des types (rencontre du 3eme type), torse nus, pagnes noués aux reins (comme Lovejoyce, Marc Aboflan et moi, hier, hihihihihi) qui vivaient sur des terres s’élevant légèrement au-dessus de la côte. C’est un « To » qui est sur le « Go ». Je vous explique :

« Go » ou « Ago » veut dire « côte » ! pas comme « côte de porc » hein « House of Marthe » (elle est fan de cette série, je comprends pas)… mais Côte comme on en a au bord du fleuve, ou de la mer. : Médisons un peu quand même sur l’un des organisateurs du Blogcamp, on a perdu Aphtal en début de soirée hier. Il était justement au « Go ». à la côte du lac !!! que faisait le bruiteur silencieux sur la côte ? Ce n’était pas pour écouter les bruits de l’eau… comme « Go » chez lui veut dire « Liane », je ne serai pas étonné si on l’avait retrouvé entrain de se balancer à une liane. Liane ? liane ? le sens de liane chez Aphtal ?… c’est bon ! concentrez vous !

«To » veut dire petite pente menant sur les terres en surélevation par rapport à la côte « Go ».

Zut alors, les deutsch étaient donc au « To » sur « go » ! Petit village juché sur flanc de petite montagne sur la côte (on aurait dit un nom d’Amérindien). C’est ce village, Togo, qui donna plus tard son nom à toute la colonie. C’est ce que ça fait d’avoir été le premier contact humain établi par le colon. On te prend ton nom et on le donne à tout le territoire colonisé.

Bref, toute cette histoire pour vous dire qu’on était bien au Togo, le vrai Togo, le premier, le seul, l’original, celui où il faut aller par voie fluviale, et dont les flots vous donnent l’impression de rouler sur des dos d’âne. (maman… snif… snif… je sais pas nager… j’ai failli mourir… snif … snif, Aphtal et Cyrille Nouga voulaient me tuer, en me faisant partir pour le blog camp)…

Non, en fait, ce fut tout le contraire. Un plaisir, un bonheur, de la franche camaraderie et de la bonne rigolade.

Je m’en veux même d’avoir évoqué sur fond de petitesse mal avouée ma vieillesse par rapport au reste du groupe… (Que dire des autres barbus) ? j’en porte la lourde responsabilité, tant d’ordinateurs et de smartphones et de Ah ? c’est lui le salaud lumineux ? ne m’avaient pas tout de suite rassuré. Messieurs les organisateurs, j’en suis désolé et je fais ici amende honorable. Monopoliser la parole pour parler du sens des mots, les plus limpides qui paraissent les plus traitres ? (aaaaaaah, le salaud, laisse un peu les gens travailler, toi aussi, safroulaye !).

Aller au Blogcamp a été aussi l’occasion pour nous de faire une quête spirituelle et un retour vers les racines. Nous étions au Togo originel (dois-je vous le rappeler, gourgandins et gourgandines) !

Je vous jure que le flot d’informations distillés par la grande prêtresse de la forêt sacré, m’ont pris par tous les bouts. Dieu merci, personne n’a pris de photos, parce que côté Tenue de rigueur à la forêt sacré, une Trysha La aurait été heureuse de présenter sur son blog, notre collection « pagne enroulé autour de la taille »… avec gros ventres en option…

et pour les femmes ? … (chut arrête Judith Gnamey, j’ai des “éclats de pensée”)… je sais plus, j’vous jure que je n’étais concentré que sur la prêtresse et ses dires…. N’est-ce pas « Marc Aboflan » ?

Toutes les relations prêtresse à dieux (2 en 1) puis populations du Togo (le village) à prêtresse ne sont pas en ordre dans mon cerveau attaché à la logique fondamentale et au déterminisme. Lovejoyce s’est tué à m’éclairer sur le flot d’informations mystico-spirituelles recueillies. Le puzzle hélas est toujours en pièces dans ma tête. Il vous dira donc mieux que moi l’apport important, la plus-value spirituelle déduite de cette visite à la prêtresse de la forêt sacrée. Be Aware! il a écrit son article au volant hier soir, quand nous rentrions ensemble… n’est-ce pas Willy Lenoir?

Une chose est sûre, tous autant nous étions, avons trouvé des réponses (ou des approches de réponse). Rolande Azianka a compris pourquoi elle s’appelait Djatougbe de chez les Gnigblenvi (ethnie guin où l’on trouve les prêtres vaudous priant les divinités des étoiles filantes), Judith Gnamey en a eu pour son compte, Ayayi Amavi (Lovejoyce), Tougban royal de Glidji et même Marc Aboflan (de Bè, dont la forêt était relié spirituellement à la forêt sacré de Togoville. Il était chez lui… et la prêtresse était sa grand-mère ? prêtresse ta race !). Une vague affaire de couvents communicants (vous voyez bien que je comprends rien). Et puis il y a eu moi ! je n’ai pas pipé mot, durant la rencontre avec la femme de la forêt, grande notable des dieux. Quand elle se renseignait sur nos origines et qu’elle m’interroge sur le sujet : je lui annonce, bah je suis d’Agotimé (un grand canton comprenant au moins 6 gros villages réparties entre le Togo et le Ghana). Du coup elle prononce le nom exact le nom de mon village d’origine « Agotimé Kpetoe » (Qui est au Ghana)! j’ai voulu faire « Oui! questions pour une championne ! vous avez gagné! vous restez ! nous on part ! ». J’vous jure que c’est effrayant. Foutue intuition féminine ? (c’est ce qu’a pensé Lovejoyce) ou bah euuh… l’esprit a-t-il lu dans mon pedigree?

Togoville en valait la peine? Diantre! oui !!! L’organisation, jusqu’à la bouffe était hummm… jusqu’au bout du goût, jsqu’au bout du plat. Si vous allez à un blogcamp, et que vous avez la chance d’avoir Marthe Fare dans votre groupe de travail ?!? bah, laissez-la fille (ou femme ?) vous mâcher le travail… laissez Rolande Azianka et le rapporteur (mon dieu, pardonnez moi, j’ai oublié votre nom, deux cheveux blancs de plus, ont poussé hier nuit), rapporter. C’est ce que j’ai fait… « Treiweler moins pour gayet plus » ? (put*** puisque je vous dis que je l’ai fait à mes collègues au bureau avant même les français, au lendemain du « scandal »). Liebe en doute ! D’ailleurs au Blogcamp, moi je n’ai peut-être pas beaucoup travaillé, mais … Liebe lui ! est arrivé après le travail, ahaaaa. And the winner of « qui n’a pas bien travaillé au blogcamp is » … (je fais confiance à votre capacité de jury à la Miss Togo/Maître Mathey?).

Pour ceux qui n’y étaient pas, n’hésitez pas à vous inscrire pour les prochaines rencontres B2B (Blogger 2 Blogger). Hier soir, à quelques minutes de la fin des travaux, et à l’heure des mots de fin, personne n’a voulu rester sur sa faim ! Le Docteur Lovejoyce a prescrit pour 2 blogcamps par an. Les participants ont voulu que cela se fasse et se refasse, et que l’on ressasse pourquoi blogger, et reblogger est si bon…

Et comme il est coutume de le dire par les temps qui courent… A tous ceux qui ont treiweiler pour la réussite de blogcamp 228, « Merci pour ces moments » !

Liebe Bat n’a qu’à aller chercher encore le site web ou le journal français dans lequel il a lu ça! Walaye! s’il a essayé!…

Advertisements

6 thoughts on “BLOGCAMP 228 / Get to « To-Go » or Die Trying (Aller au « TO-GO » ou Mourir en Essayant)

  1. Une aventure empreinte d’émotions et chargée d’histoire: celle du premier BlogCamp du “TO” et “GO”. L’un des grands moments sans doute la rencontre avec la prêtresse, que j’ai raté, mais je reste convaincu que le meilleur moment de cette aventure reste la visite et les échanges avec le Prince! Eh! Oui, tu nous fais regretter notre absence là, on te fait regretter ton retard. Lol! Purée, il m’a tellement séduit que je ne manquerai pas de revenir le voir dès que j’en aurais l’occasion.

    Belle rédaction!

  2. Pingback: Merci pour ce moment | Lovejoyce AMAVI

  3. Pingback: TOGOVILLE, TERRE DE NAISSANCE ET DE RENAISSANCE. (Troisième Partie et Fin) - La Plume Parlante

  4. Pingback: TOGOVILLE, TERRE DE NAISSANCE ET DE RENAISSANCE. (Troisième Partie et Fin) | senadjondo

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s