Ghislaine Dupont, Claude Verlon : Abattre une tâche ou mourir en l’accomplissant sur le champ de la liberté d’informer

La volonté d’informer, de donner l’information juste et vraie n’aura eu aucune limite pour les deux journalistes de RFI, morts Samedi dernier à Kidal, dans le nord du Mali. Des témoignages que l’on peut lire sur le site web de leur station, on apprend qu’il sont enclins à partir pour les terrains les plus dangereux, aller aux confins des foyers de tension pour ramener les faits justes et réels dont les auditeurs se délecteront gratuitement.

C’est un fait! un groupe islamiste aura été l’origine des méfaits. Mais il ne faut pas se tromper sur l’objectif de ces enturbannés du nord Mali brandissant Allah et le Coran pour sanctifier la formidable coulée de sang dont ils maculent les dunes du sahel.

On le sait, le MNLA et les proches cousins d’Ansar Eddine ajoutés aux groupes les moins médiatisés descendent tout droit de la poudrière allumée par la France en Lybie. Ces touaregs se sont retrouvés au chômage technique le jour où Khadafi a perdu au même moment, sa couronne et sa vie. Ils ont quitté le mercenariat avec armes et bagages pour s’installer au nord du Mali, s’illustrant dans la contrebande et le trafic de stupéfiants. Les plus illuminés d’entre eux ont trouvé un meilleur moyen de s’enrichir en devenant le bras armé par procuration d’Al-Qaida en Afrique. En clair, se créer un territoire administré à la manière talibane et se faire arroser des pétrodollars provenant d’organisation caritatives islamiques.

L’Azawad est donc l’une des plus grandes escroqueries des arabes blancs par les arabes noirs. Rien de plus! Sinon, comment expliquer que ces islamistes qui avaient interdit cigarettes, adultères et autres vices, aient été plusieurs fois surpris en pleine partouze avec des jeunes femmes dans la fleur de l’âge?

Deux journalistes sont donc morts par la faute de grands bandits réunis au sein de bandes incontrôlées qui sèment la terreur parmi les populations et s’enrichissent sur le dos d’une religion qu’ils peinent à respecter. Comme l’aurais probablement écrit un Gérard De Villiers, on aurait cru que Dieu leur aurait écrit un commandement à part : “Tu tueras ton prochain”.

Sinon, à quoi aurait servi d’assassiner deux journalistes froidement? Leurs en-ont-ils voulu pour une raison ou pour une autre? en faisaient-ils au prime abord des otages dans l’idée de ponctionner à une France en crise une vingtaine de millions d’euros de plus? Une opération de rescousse a t-elle mal tourné? Les touaregs-tueurs veulent-ils faire du nord du Mali, la marmite du diable? créant une zone d’insécurité totale sur des centaines de kilomètres-carrés? Les investigations si elles aboutissent à des résultats concluants, pourront nous le dire un jour.

Mais aujourd’hui, ce dont nous pouvons être sûrs, c’est que Ghislaine Dupont et Claude Verlon sont morts en faisant trop bien leur travail.

Johanne Sutton en Afghanistan,

jean Hélène en Côte d’Ivoire

Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Mali,

Ils avaient tous cette chose en commun :

“Abattre une tâche ou mourir en l’accomplissant sur le champ de la liberté d’informer”.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s