Un gouvernement… et trois ministres plus tard…

Un gouvernement… et trois ministres plus tard…

Trois ministres? on va dire, deux secrétaires d’état et un Ministre. L’intitulé de leurs postes respectifs ne dit pas clairement à quoi ces derniers vont servir? Ou pourquoi a t-on senti le besoin de  créer leurs existences ministérielles alors que tout le monde pensait que la “dream team” Ahoomey-Zunu II était lancée “sur les chapeaux de roue” et n’avait plus besoin de personne.

C’est en parcourant le web togolais que je lis par exemple que Komi ASSOGBAVI a été nommé Secrétaire d’état auprès du Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnelle pour épauler et/ou soutenir Brym Diabacté, un malade qui s’ignore. L’homme n’ayant pas préféré jouir de son poste de député, poste dit plus reposant, voulait se charger de la lourde tache gouvernementale une fois encore, et a vite eu besoin d’un commandant en second…

Christian Trimua apparaitrait pour sa part comme le plus ministrable des hommes membres d’UNIR, mais les palmes gouvernementales lui ont toujours échappé à la dernière minute. On évoquera pour la défense du “nommeur de ces ministres ” des casserolles que trainerait le nouveau Secrétaire d’état chargé des relations avec la République; casserolles portant cadavres de jeunes filles assassinées en série à Agoe; des meurtres en série auxquels Christian Trimua serait mêlé d’une manière ou d’une autre selon la rumeur qui devient clameur.  C’est un boulet qu’on attaché à tort ou à raison à la cheville de l’homme, l’empêchant jusqu’à la semaine dernière, d’émerger jusqu’à un poste au gouvernement. Aujourd’hui, bienheureux doit être cet ardent partisan de la première heure d’UNIR, le professeur du scrutin proportionnel de listes (si vous avez regardé la TVT durant la dernière campagne électorale).

Et puis, il y a Kako NUBUKPO. L’incarnation de ce qu’on appelle un homme bardé de diplômes et d’honneur; économiste chevronné, chef du pôle “analyse et recherche” de l’UEMOA, on dit qu’il a l’oreille du président de la république pour les questions économiques. L’auteur de L’improvisation économique en Afrique de l’Ouest arrive dans une équipe gouvernementale à l’improviste. L’étiquette qu’il porte, Ministre auprès du Président de la République, Chargé de la Prospective et de l’Evaluation des Politiques Publiques, le place d’office au même rang que le Premier Ministre, sinon légèrement au dessus. Sauf que! Ici, ma grande crainte quoique personnelle est de le voir finir comme un hypothétique Gilbert HOUNGBO. Comme Kako NUBUKPO, cet ancien Directeur au PNUD était arrivé, des rêves pleins la tête, de bonnes intentions pleins le coeur, pour son pays. mais depuis, il a déchanté. Etre brillant technocrate ne fait pas de vous la panacée. Va t-il lui aussi l’apprendre à ses dépens dans quelques mois?

Aujourd’hui la question est de savoir si ces nouvelles nominations impromptues n’apportent pas de l’eau au moulin de ceux qui traitent AHOOMEY-ZUNU de Premier Ministre par défaut; Ou que le gouvernement dans son ensemble soit le choix par défaut qu’on essaie désespérément d’améliorer.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s