Campagnes électorales? A qui pensez-vous que cela profite?

 

 

C’est une évidence, des t-shirts  gratuits pour habiller les habitants de nos villes et campagnes, des cahiers et des livres (même pour des élèves déjà en vacances) des tournois de football, les partis puissants et riches subventionnant du riz (souvenez-vous du riz Faure 2010 à 2010 F) ou même partager à la volée de l’eau minérale en sachet “UNIR” (le zèle est poussé à un point inégalé).

Quelle est l’idée qui sous-tend ces donations? Il est clair que ce n’est pas gratuit. Au contraire, un parti qui donne à manger et à s’habiller compte sur la faim, et le besoin vestimentaire des populations pour le soutenir une fois devant les urnes. C’est le vaste et inévitable coup de pub, charme et séduction qui est réalisé à l’approche des élections. Donner beaucoup pour récupérer des sièges de députés valables sur cinq ans avec toutes les options et avantages qui caractérisent ce rang de parlementaire. Si cela ne s’appelle pas malhonnêteté, comment voudriez-vous bien le désigner…

 

 

 

Revoyons d’ailleurs la logique autrement : 

Un parti offre des t-shirts et des subventions alimentaires aux populations. Ces bénéficiaires lui donnent par les urnes, le pouvoir de ne plus leur offrir les mêmes t-shirts et aliments gratuits, une fois l’objectif électoral atteint. Sinon, pourquoi on n’a plus eu de riz Faure 2010 à 2010 F une fois la présidentielle finie et le président élu? Et pourquoi n’aurons nous plus d’eau minérale en sachet UNIR une fois que les législatives 2013 entrent dans l’histoire? Et pourtant UNIR continuera d’exister. Sachets d’eau et sacs de riz n’étaient là que pour appâter les électeurs; ceux-ci ayant bouffé l’appât, ils ont plutôt l’air bien hameçonnés jusqu’à la fin de la législature, le moment où on va leur trouver un nouveau produit pour les re-appâter à nouveau.

 

 

Ce n’est d’ailleurs pas une mince affaire, puisque du côté de l’opposition où les t-shirts sont moins prolifiques (parti d’opposition=parti pas très riche), il y eut un temps où les gadgets de l’UFC (Présidentielle de 2003) étaient vendus et pas qu’à des prix modiques pour le militant de base; il fallait l’acheter pour soutenir le parti d’opposition qui faisait la pluie et le beau temps. En ce moment-là, en considérant que le parti s’enrichissait en temps d’élections, engrangeant des bénéfices en même temps que des sièges à l’Assemblée, une question fouette l’esprit et troue le papier : Que fait-on de l’argent gagné?

 

 

La chose électorale telle que inculquée dans nos moeurs de très très petit pays très très pauvres et très très endetté font de ces périodes de campagne, le seul moment où il faut chercher à “narines que tu veux”, la bouffée d’oxygène nécessaire. Et une fois la campagne terminée, désillusions et déceptions s’entremêlent pour nous lester vers la réalité de l’enfer qui n’a pas été pavé des bonnes intentions des candidats.

 

 

Entre Campagnes de Partis riches et de Partis politiques pas riches, Dieu reconnaîtra les siens…

 

 

 

Aujourd’hui, nombreux sont les candidats qui promettent eau et électricité à moindre coût… seulement, personne ne leur demande comment pensent-ils y arriver une fois élus… Peut-être nous abstenons-nous de le leur demander parce qu’on connaît la réponse : “J’allais faire… mais c’est parce que les caisses de l’état sont vides que je n’ai pas pu faire”.

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s